ninabel

Utopiste amateur... mais où va le monde ...

Vendredi 12 octobre 2012 à 20:51

Dans une chambre éclairée, une jeune fille est assise à son bureau. La chambre est assez petite. Le lit est coincé sous le renfoncement formé par les poutres du toit. Quelques meubles sont dispersés au mieux pour libérer de la place.
Dans ce petit espace, la musique est omniprésente. La jeune fille tape sur son ordinateur. Par la fenêtre ouverte, les mots semblent s'envoler dans le ciel. Ces mots ne sont pour personne en particulier, ils sont pour elle, pour sa mémoire. Ils sont là pour sortir de sa tête et s'évader. Par la fenêtre ouverte, le ciel bleu les accueille et le vent les emporte.

Ils déambulent parmi les rues voisines, toutes identiques et toutes différentes. Ces rues aux maisons jumelles, de multiples couleurs. Ces rues en pente, dévoilant l'horizon et l'océan. Parmi les nuages, ils rencontrent des mouettes. Celles-ci les rejettent de leurs cris aigus et les pourchassent jusqu'au port.
Entre bateaux de plaisances, bar, pub et club, ses pensées invisibles slaloment entre les passants. Un couple assit à une table. Un groupe d'étudiant bavardant gaiement. Une bande de motard près du stand de burgers.  Quelques touristes. Des familles qui flânent le long des quais.
Une bourrasque de vent les entraînent brusquement au-dessus de tout ce monde pour les déposer au somment de la grande roue. Cet immense assemblage métallique, s'ébrouant lentement au fil de la journée surplombe l'ensemble de la ville. Elle surveille, bienveillante, les promeneurs venus admirer l'océan, les jeunes jouant ou paressant sur la pelouse à ses pieds. Elle peut voir l'ensemble de cette petite ville calme, tranquille, animée.
Lorsque la nuit tombera, les bars, les pubs, les clubs accueilleront les étudiants. En bons anglais, ils deviendront hors de contrôle.

Au milieu de tout ce cahot, la jeune fille s'amusera elle aussi. Elle fera la fête avec ses amis, parlera en mauvais anglais à des inconnus. Elle rira, dansera, s'enthousiasmera, se moquera. Elle vivra tout simplement.
Mais au fond d'elle, il manquera quelque chose.
Car bien que cette ville la calme, lui plaise, il y manque quelque chose.

Même lorsque qu'elle se déhanche comme une bitch sur le dancefloor, elle pense à ce qu'elle ne peut avoir ici.
Car des soirs comme celui-ci, ou même soyons honnête, tous les soirs, elle pense à celui qui lui manque.
Elle pense qu'elle aimerai bien ne pas se coucher seule le soir
Elle pense à ce pauvre portugais esseulé qu'elle a laissé chez elle.
Elle pense que ces bras lui permettraient d'être vraiment bien...

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast